Lettre à mon fils.

12270141_749224965181322_1193782265_n

J’ai vraiment hésité avant de publier ce texte, car je ne veux pas attirer la pitié des gens à mon égard, mais je désire simplement me vider le cœur, ou plutôt la tête. Je dois faire sortir les démons qui brûlent à l’intérieur de moi. Publier ce texte, c’est un peu comme se mettre à nu en exhibant sa mini bizoune de fin de party pendant un grand vent froid d’automne. Bref, c’est gênant, mais je crois que je dois le faire si je veux avancer. Et vu que je feel hangover en tout temps sans même avoir bu une seule goutte d’alcool, je me lance. Parce que tsé, quand tu feels lendemain de veille, tu te fous pas mal de tout… C’est comme ça, tous les jours, depuis trop de mois déjà.

Merci Fiston

Aujourd’hui, c’est ton premier jour d’école, tu débutes la maternelle. Le temps passe tellement vite. Je suis si fier de toi. Ce soir, papa s’en va rencontrer une psychologue pour la première fois. Jamais je n’aurais pensé en être rendu là. Tu te détaches lentement et ça fait mal à mon petit cœur de père.

Commençons par le début. Tu es arrivé dans ma vie comme un cheveu sur la soupe. Nous n’étions aucunement prêts, moi et mon party animal« Je le garde que tu le veuilles ou non. » J’ai vu ma jeunesse s’envoler en entendant cette phrase. J’en voulais beaucoup à ta maman, car nous n’étions plus un couple à cet instant. Je venais de lâcher ma job afin d’aller à l’université pour explorer de nouveaux horizons et espérer trouver ma passion. Comment pourrai-je dire… C’était un excellent timing. C’est ma force le timing dans la vie. #crissnon. Je vivais sur le Plateau Mont-Royal comme une rockstar. Restaurants, bars, alcool et s’il vous plait. Je suis retombé dans le milieu de la restauration et des bars afin de bien combiner école et m’occuper de toi. Je ne trouvais rien dans mon domaine. Je combinais les partys et les filles, rien pour retrouver la confiance en moi perdue. Oui, au début je le pensais… Mais non, c’était pire. Après mûres réflexions, j’ai décidé de retourner vivre chez papa et maman afin de pouvoir te voir le plus souvent possible sans négliger mes études et avoir de soucis financiers. Et oui, un peu de soutien de pépé et mémé, ça aide en maudit. Le retour à la maison et dans les bars fût assez difficile psychologiquement. Je fuyais mes problèmes dans l’alcool et dans la facilité au lieu de me chercher un vrai emploi. Je vivais en surface et non en profondeur. Non, il ne faut pas arrêter de vivre quand on a un enfant, mais il y a un juste milieu à se péter la face. C’était mon moyen de défense pour oublier. J’allais te porter chez ta mère, les larmes aux yeux de te voir quitter, (et encore aujourd’hui) pour ensuite enfiler mon masque de barman heureux et boire comme un trou. Je vivais constamment avec des remords que je n’étais pas là à 100% pour toi. Ce n’était pas sain pour ma santé autant mentale que physique. J’étais entièrement présent pour toi, mais fatigué de la veille. Pardonne-moi. Je ne regrette pas ce que j’ai fait, mais je regrette le résultat. J’ai donc décidé d’arrêter de travailler dans les bars et de me concentrer à me trouver un travail dans ce que j’aime. J’ai trente ans, j’habite chez mes parents et je n’ai plus d’emploi… Pour la confiance en soi, c’est zéro. J’ai l’impression d’être revenu à la case départ.  Le jugement des autres m’affecte énormément et me donne des crises d’angoisse. Respire le père, respire. Fais le vide.  Je tente de fuir le regard de mon entourage et d’être fier de mes accomplissements. #impossible.  Pourtant, parfois vaut mieux reculer pour mieux avancer. J’essaye tant bien que mal de m’accepter, de ne plus penser au présent, mais de plutôt penser à tous les sacrifices que j’ai faits pour toi. Pas tant évident… Je suis toujours stressé, j’ai mal à la mâchoire tellement je serre les dents et je me calme à grand coup d’Ativan. Je suis le mal aimé qui porte un masque pour cacher son identité. Je suis en train de me noyer par en dedans à force de ne pas exprimer ma tristesse. C’est frustrant parce qu’il n’y a pas tellement longtemps, j’étais une machine qui se foutait bien de ce que les autres peuvent bien penser de lui. Maintenant, j’ai de la difficulté à sortir en public sans faire une crise de panique. Les seuls moments où je suis heureux sont ceux passés en ta présence. Tu es la seule raison pourquoi je me lève le matin parce que si c’était juste de moi, je resterais couché à l’infini. M’endormir et me réveiller à tes côtés, c’est ça la vie. Je te regarde dormir et je suis tellement fier de toi. Je crois que je t’aime trop. Je suis fou. Ça se peut-tu ça aimer trop son fils? Je viens de vivre le plus bel été de toute ma vie, car nous ne formions qu’un toi et moi. Ma tête était à off, car je me levais en ta compagnie. À tous les jours je te disais : « Pas de garderie aujourd’hui, je te garde pour moi. » Tu étais si content de passer la journée complète avec papa.

Là, tu commences l’école et je vais perdre graduellement mon petit garçon, mon meilleur ami. Ma première vraie peine d’amour. Je ne peux plus te garder pour moi tout seul. J’aurais aimé que tu restes à cinq ans toute ta vie. Plus le temps avance, moins que tu as besoin de moi et plus que j’ai besoin de toi. Ma tête se remet à penser. Je fais une job que je déteste et je ne vais pas bien du tout. Je me sens seul au monde. Jamais je n’aurais pensé avoir autant, mais si peu d’amis à la fois. C’est une très mauvaise journée pour moi. J’ai juste hâte d’aller te chercher à l’école pour retrouver mon pote! Les journées sont longues sans toi. Mais ce jour-là, tu pleures, tu chignes pour rien, tu boudes, bref, tu n’es pas tant content de voir ton papa. Tu veux aller au Macdonald et je ne cède pas, car un bon pâté chinois t’attend à la maison. Tu cries, tu reboudes, tu essaies de me dealer ça pour du Burger King (bel essai), calice que tu m’énerves. J’ai juste le goût d’aller te reporter au service de garde et d’aller me saouler. En plus, tu refuses de me parler tout le long du trajet de retour. Je pense. Je pense trop. Je pense à ma nouvelle job de marde. Je pense à mon échec professionnel et familial. Une fois à la maison, pour te changer les idées, je me déguise en méchant monstre et j’attends que Spiderman vienne me sacrer une volée. Tu me souris et enfile ton costume. Tu t’excuses et tu me dis un gros : «Je t’aime papa plus gros que 1000 univers. » Je vois cette sincérité dans tes yeux que je suis tout pour toi. Je craque, je suis en amour, le vrai amour. Il n’y a pas une fille au monde qui peut me faire sentir ainsi.  J’oublie tout. Tu peux me péter un million de crises comme celle-là, juste ce moment en vaut la peine. Je ferais tout pour toi. Si une fille me ferait une crise du genre, elle se ramasserait assez vite sur le bord du chemin. La bataille commence et évidemment, tu gagnes. Spiderman tue le méchant. Tu me fais un énorme câlin et papa revient miraculeusement à la vie. Je te dois la vie fiston. Tu es ma fierté, ma raison de vivre, ma plus belle réussite. J’ai un nouvel emploi que je déteste, mais je t’ai toi. Je me débrouille dans tout, mais je suis bon dans rien. Par contre, s’il y a bien une chose dans laquelle j’excelle, c’est d’être papa. Le reste va venir… Graduellement, je suis devenu un homme, en tout cas j’essaie. Je suis devenu un bon père. Je ne dis pas que j’en étais un mauvais, mais nettement amélioré. On appelle ça vieillir. Ce n’est pas vieillir, c’est grandir avec toi. Tu m’as sauvé la vie dès que j’ai aperçu ta petite face pour la première fois, car sinon je serais sûrement échoué saoul mort, tout seul sur une plage de la Thaïlande comme un looser. Et maintenant, tu me sauves la vie à nouveau, car sans toi, je n’ai plus de vie, je suis perdu et ma joie de vivre prend le bord.

Lorsque je suis à tes côtés, j’enlève mon  masque, je retrouve le sourire et j’aime la vie. Merci fiston de me garder en vie. J’ai mon rendez-vous dans quelques heures et ça me stresse énormément. Sur un coup de tête, je rase ma grosse barbe de monsieur. Peur de vieillir? C’est con, mais j’ai besoin de changement et calice que je me trouve laid sans barbe. J’aimerais la recoller sur mon visage. J’ai l’air d’un pré-ado joufflu. Malheureusement, on ne peut pas fuir le passé, seulement l’accepter et aller de l’avant.  Tout à coup, j’entends tes petits pas qui courent vers moi et là, avec les yeux de l’amour, tu me dis : « Wow papa, tu es dont bien beau pas de barbe. » Tu ne me juges pas, tu te fous bien de ce que je fais dans la vie et de ce que j’ai l’air. Je suis ton papa à toi et c’est tout ce qui compte. Une chance que tu es là face de pet! Finalement, j’ai le plus beau métier du monde: Papa. Je me dirige vers la bonne voie et un jour, c’est avec toi mon fils que je veux me retrouver à prendre un verre sur une plage de la Thaïlande, mais pour se faire,  papa doit aller se guérir la tête un petit peu. Un jour, tu vas être fier de ton père.

Bref, je vais faire de mon mieux pour te donner les meilleures bases possibles afin d’affronter ce monde cruel. Je serai toujours là pour t’écouter, te guider, déconner, te consoler et te passer un 20$ que tu ne me redonneras jamais…

Je t’aime gros comme 1000 univers.

-Papa (Ton meilleur ami pour la vie) xxxx

12270102_10156272191625319_453461802_n

Depuis quelques années, je vois plusieurs personnes s’enlever la vie dans mon entourage et cette situation me trouble énormément. Je comprends un peu plus maintenant comment ces gens et amis se sont peut-être sentis, car je suis moi-même dans une christie de mauvaise passe. Je ne compare aucunement mes problèmes aux leurs loin de là, mais jamais dans ma vie j’aurais pu penser feeler autant comme un tas de marde. Je crois que c’est important de parler de nos soucis avec quelqu’un ou d’aller consulter un professionnel de la santé. Nous avons tous nos problèmes. Ça doit faire au moins un an que je ne me sens pas bien mentalement. J’aurais dû y aller bien avant, mais j’avais peur. Peur de quoi? Peur de voir la réalité en face? Peur de voir mes erreurs de parcours? Peur de m’améliorer? Peur d’être bien? J’ai parlé à une amie et elle m’a convaincu d’aller consulter. Ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise d’en discuter à des amis ou de simplement avoir un ami à qui en parler. Donc, si tu as les idées noires, ne te gêne pas de m’écrire en privé. Je te paye le lunch même si je suis cassé, même si je ne te connais pas, même si je ne suis vraiment pas la personne la plus enjouée sur terre en ce moment. On va se raconter nos problèmes, en rire, en pleurer, boire deux, trois shooters, repartir avec le sourire et avec un ami de plus dans le coffre à gants. Je crois sincèrement que de parler avec un inconnu peut nous faire beaucoup de bien et être très réconfortant.  Je ne te jugerai crissement pas parce que crois-moi, je ne suis pas bien placé pour juger qui que ce soit. Je ne suis clairement pas à mon premier party! 😉 Tu vas voir, le printemps  arrive beaucoup plus vite qu’on le pense.

Moi, j’ai fiston qui m’aide à voir au-delà de mon malheur et d’espérer être enfin complètement heureux un jour…  Toi, même si tu penses que tu n’as rien à quoi t’accrocher, il y a toujours une solution. Pars en voyage, lâche ta job, retourne à l’école, dis oui au lieu de dire non, mets du bacon dans ta poutine, cours autour de la piscine après l’avoir mangé et plonge! Il va toujours y avoir du bonheur pour toi à la clé.

*Je vais mieux.

SUICIDE

source photo: http://textesatoutvent.blogspot.ca/

Publicités

« Dans le coffre à gants »?

Pourquoi avoir appelé mon blogue « Dans le coffre à gants »? J’aimerais tout d’abord remercier Éric Lapointe pour l’inspiration. «Deux wake up, un café gris, m’a rouler toute la nuit! (…) Et une belle bague en or dans le coffre à gants!» Beaucoup de plaisir entre chums à massacrer cette chanson durant les longues rides de char. Disons qu’on en a mis une couple d’affaires louches dans ce fameux coffre à gants… «Des capotes, du papier cul, m’a rouler toute la nuit!» Vous allez voir, elle reste dans tête la crisse.

Pourquoi « Dans le coffre à gants »? C’est fort simple. Mon coffre à gants représente ma tête. Il y a un peu de tout là-dedans. Dans le mien, on y retrouve mes papiers de char, un cahier de notes, des jouets de mon fils, le guide de l’auto, un gun, un cd qui me remémore certaines décisions douteuses, des vieux tickets sales ainsi qu’un condom expiré depuis 2012, d’un coup tsé. Il s’agit quand même d’une place à débarras personnelle, mais pas tant personnelle. On s’entend que tout le monde qui s’assoit côté passager fouille à l’intérieur sans aucune retenue. Il est accessible, là, en face de nous. Il nous demande quasiment de l’ouvrir et d’y jeter un œil voyeur, simplement pour juger un peu. D’où m’est venue l’idée de vous faire explorer ma tête; mon coffre à gants. Écrire est ma passion et je crois qu’en extériorisant mes pensées, aventures et anecdotes avec vous cela  va me faire le plus grand bien. C’est maintenant l’heure de m’assumer. En espérant par le fait même, vous divertir, vous faire réfléchir et me sentir un peu moins seul dans ma tite tête. Vous embarquez? « Et une histoire de plus dans le coffre à gants!»

Le loup de Repentigny.

leonardo-dicpario-wolf-wall-street-06152013-11-580x435

Suis-je un mâle? Suis-je un vrai gars? Je me pose la question, car dernièrement plusieurs filles m’ont fait remarquer mon petit côté féminin/bébé lala très développé.

Je crois qu’un gars reste un gars lorsqu’il est entre chums. Je suis si viril lorsque je suis avec ma meute de tannants, mais dès que je suis seul ou avec une fille, mon comportement change littéralement. Je deviens une fillette. Dans ma tête, je demeure un super mâle alpha, je suis Bruce Willis, mais les actions que je pose me trahissent.  Je me mens à  moi-même. Je m’explique.

Pour commencer, un gars, c’est un enfant, mais avec du pouelle! Bin du pouelle! Hier soir, comme un petit gamin, j’ai réécouté  pour la cinquième fois le même film : «The wolf of Wall Street» de Martin Scorsese.  J’adore ce film.  Aujourd’hui, je me rends au Café Morgane afin de travailler un peu sur mes textes. J’ai encore le personnage de Jordan Belfort en tête. Je porte des vieux cotons ouatés noirs, un t-shirt trop grand vert laid et un hood gris qui a du vécu. Je mérite clairement une contravention de style. Je suis tout le contraire du beau Léonardo DiCaprio. Par contre,  je conserve ma virilité parce qu’un gars ça se fout bien de comment il est habillé lorsqu’il travaille sur ses textes dans un café. Dès que je franchis la porte, avec ma vision périphérique Wayne Gretzky, j’ai déjà fait un top 5 des jolies filles de la place. Ça c’est mâle. Et là, je tombe littéralement en amour. Mon cœur se met à avoir chaud.  Je l’aperçois au loin, la plus belle fille que j’ai vue de toute ma vie… aujourd’hui 😉 Elle dégage le bonheur. Nos regards se croisent et du même coup, je regrette vraiment mon choix vestimentaire du moment. Bye bye gars, je vous présente fillette. Je me dirige donc directement vers les toilettes telle une vraie de vraie fille pour regarder ce que j’ai l’air dans le miroir. Ma priorité numéro un n’est plus l’écriture, mais bien de me « poupouner ».  Après m’avoir convaincu pendant un bon deux minutes que les femmes préfèrent les gars relaxes qui se foutent bien de quoi ils ont l’air, je sors de la toilette. Je cherche une table disponible près de ma nouvelle amoureuse afin qu’on puisse se faire des petits regards mielleux, même si je sais pertinemment que je ne lui adresserai aucunement la parole et que je lui ferai tellement pas de regards mielleux.  Bingo! Une banquette se libère juste en face d’elle. De plus, on dirait qu’elle aussi se fout bien de comment elle s’habille, mais la différence entre elle et moi, c’est qu’elle est magnifique. Maudit que ça lui fait bien être mal habillée. Je m’installe confortablement dans ma banquette tout en conservant mon hood gris même s’il fait 1000 degrés. Mont t-shirt ne passe vraiment pas le test de la séduction. J’ai un premier vrai eye contact avec ma dulcinée, tout baigne dans le pouding. J’ai quasiment le goût d’y envoyer deux petits cups de lait à café à sa table et de les boire en shooters en lui faisant un petit clin d’œil on the side! En tout cas, dans mon petit monde imaginaire, ça marche et elle vient me frencher. C’est tellement plus facile de cruiser en gang. Je suis tellement plus mâle et plus confiant avec mes chums de gars. J’ouvre finalement mon laptop et je m’installe. Comme un enfant, je me laisse facilement déconcentrer. Et comme une fille, j’aime écouter les conversations des autres. Les gars en arrière de moi parlent d’hockey et connaissent clairement rien à ce sport. Ils veulent échanger Carey Price pendant qu’il est encore temps. J’ai failli me lever et leur faire chacun un powerbomb. Je vais me commander un deuxième café et à mon retour, il y a un gars assis avec ma girl! Le tabar$%#! Je le juge de la tête au pied comme une fille et comme un enfant, un jouet devient beaucoup plus attrayant lorsqu’un autre enfant joue avec. Après quelques minutes d’espionnage, je me convaincs qu’il s’agit juste d’un ami et qu’il est venu lui jaser de ses travaux scolaires.

Pour conclure, ça fait une heure et demie que je suis au café, je n’ai rien de fait et je n’ai surtout pas abordé la fille de mes rêves. Et pour répondre à ma question, je ne suis clairement pas un mâle alpha. Je suis mi-homme, mi- femme. Je m’accepte désormais en tant qu’ homme possédant un côté féminin très développé et ayant un âge mental d’un enfant de 10 ans. Bref, je suis un peu comme le Loup de Wall Street, plus à l’aise, plus homme et plus fort en meute… Sans la belle gueule, l’argent, la fougue et la confiance en soi.  En fait, aujourd’hui,  je suis le rejet de la meute. Je suis le loup de Repentigny.

petit cup de lait

Il était une fois trois Jameson… #2

10453454_964968850205760_6031436532864202882_n.png

Les vacances sont belles et bien terminées et la poussière est maintenant retombée. Je peux enfin vous remettre mon texte sur le Rockfest. Cela va avoir pris à peu près un mois, mais j’ai enfin retrouvé tout mon vocabulaire. Je pense bien que je l’avais perdu en même temps que mes lunettes de soleil dès que j’ai mis les pieds sur le site.  Afin de vous pondre un pas pire texte et de vous raconter de belles anecdotes sur ma fin de semaine de débauche comme si vous y aviez été avec moi, j’ai pris des centaines de notes dans mon cellulaire durant l’événement.  Je viens tout juste de relire mes notes et… Tabarn@*%! Je vous jure que je ne sniffe plus jamais de weed. Pour vrai, mes notes ne valent pas grand-chose. Je vais donc vous raconter mon aventure Rockfest de mémoire, ce ne sera pas évident.

Quatre gars, un char et beaucoup de bières. (Version masculine du film : Quatre filles et un jean.) Après 6 heures de trafic intense, (Montréal – Montebello) pas le temps de monter la tente, trois Jameson chacun,  cale une bière,  en cache une couple dans nos culottes (oui oui, au Rockfest nous avons 18 ans) et on part  voir notre premier show de la fin de semaine : PROPAGANDHI. (C’était pas mal le seul show qu’on voulait voir en ce jeudi soir.) Et là, nous faisons la rencontre de Steeve. Tsé le genre de gars qui est déjà tout rouge dû à un méga coup de soleil, un t-shirt de PENNYWISE, de la difficulté à marcher et qui crie sans arrêt « ROCKFEST WOOUUUUU!!! » en faisant des signes du devil. Le même genre de gars qui, à la St-Jean Baptiste, est trop saoul à 17h, est maquillé en bleu de la tête aux pieds avec en guise de cape un drapeau du Québec, qui allume ses feux d’artifices lorsqu’il fait encore clair et qui est le premier couché et ce,  dans le spot où tout le monde pisse. « Salut Steeve! Tasse-toé faut je pisse. » Après avoir vu Steeve à l’œuvre, mes chums et moi se disons qu’il faudrait bien rentrer dormir afin d’être en forme vendredi matin.  96 bières et un 40oz de Jameson plus tard,  mon chum est en train d’échanger ses jeans avec une inconnue contre un 1er choix au repêchage et  des leggings roses. Clairement un avantage pour mon chum dans cet échange là… Jusqu’au temps où il se rend compte que son portefeuille était dans ses poches de jeans. Bravo. C’est quand même assez comique quand ce n’est pas à toi que ça arrive.  Au moins les leggings lui faisaient un beau petit cul de course et il possédait encore son premier choix. (Qu’il échangera plus tard contre un demi hot-dog.) D’après moi, Trevor Timmins revenait du RockFest lors de l’échange Gomez-McDonagh.

Vendredi matin, le réveil est difficile. J’ai dormi en cuillère entre mes deux chums de gars, dans une tente qu’on a montée toute croche, saouls dans le noir. Beau travail.  Il faisait froid. On appelle cela de la bromance. Un déjeuner poutine froide/bière chaude et on est partis. Évidemment, je m’aperçois que j’ai perdu la seule et unique clé de char que j’avais. Je l’ai surement échangée contre quelque chose de constructif…

On arrive juste à temps pour THE ATARIS et ATREYU. De la nostalgie pure et dure. Je suis de retour en adolescence. Je brandille mon toupet de tout bord tout côté. #EMOSTYLE. Ensuite: SUBB, RAISED FIST, FROM AUTUMN TO ASHES… Désolé, j’ai été relativement plate le vendredi, je ne suis plus jeune jeune.  Mais ne vous inquiétez pas, je me suis bien repris le samedi.

Samedi matin, grosse journée en vue et je suis en forme! C’est dangereux. Gros déjeuner gracieuseté de notre maman. (La petite madame du terrain où l’on campait.) Un amour cette femme.  LESS THAN JAKE, CATCH 22. RANCID, THRICE, SNOOP DOG, REFUSED, BIG WIG, TENACIOUS D… C’était fou! Mais après ça, c’était flou. Parenthèse. Il avait eu beaucoup de plaintes sur la propreté des toilettes il y a deux ans. Le samedi soir, je m’attendais à vomir en pissant dans les toilettes chimiques tellement elles sont dégueulasses, mais à ma grande surprise, j’ai failli faire pipi assis et y passer la nuit. Beau travail Rockfest. Fin de la parenthèse. Et non, en passant, ce n’est pas moi qui suis tombé en bas de la grande roue. Par contre, durant le week-end, je suis tombé en bas de ma chaise, dans un ravin, en bas d’une clôture, en marchant, en amour et sur le dos en essayant de faire du body surfing. Je ne suis clairement pas un chat.

Direction SLAYER. Je ne suis pas certain si j’ai vu Slayer, mais ils n’ont clairement pas joué Enter Sandman. Il y a beaucoup, mais beaucoup trop de monde. Le Rockfest est la seule place au monde où tu tiens ton chum tellement fort par la main pour ne pas le perdre. Parce que si tu le perds, tu te ramasses seul au monde. Et tu ne veux surtout pas être seul au monde dans mon état et ce, même si mon chum est aussi jasant que Wilson. On est les deux en camisole et on a froid.  Une gentille représentante Budweiser a pitié de nous et nous donne deux chandails x-large « Coulé dans le rock ». C’est clair qu’on ne fourre pas à soir. Soudainement, les COWBOYS FRIGANTS s’emparent  de nos corps. (En passant, on n’est vraiment pas des fans) mais là, on se met à se déhancher et danser main dans la main comme si notre vie en dépendait. C’est notre toune. On est en transe.  Dans notre tête, on est dans un film, en ralentie et c’est beau. Il manque juste un peu de pluie et pas de chandail Budweiser pour que ce soit romantique. Direction, camion Jagermeister. Tsé, quand tu es rendu au stade où tu te fous complètement des shows. Une fille m’intercepte et me dit : « Tiens tes clés! »  Eeeeeee vous êtes qui vous? Elle me dit que le jeudi soir je lui les ai lancées en lui disant : «  Va m’attendre dans tente. » J’étais gêné, mais très content de les avoir retrouvées.  Faut fêter ça! Shooters! Le reste, je vous le raconterais bien, mais je ne m’en rappelle plus vraiment. Dernier souvenir, je marche vers ma tente et je ne trouve plus mes clés. Encore. J’espère juste qu’il y a une fille qui m’attend dans ma tente. Bonne nuit!

Voici où étaient mes clés.

 

11222909_10155946318595319_8968484465122426356_n

Il était une fois trois Jameson…

bal2

Dimanche, 17h30, Bar Le Trèfle.

Le jour B.

Nous nous installons confortablement afin d’écrire notre première chronique.

Mandat : Bal en Blanc.

C’est ce soir que se déroule le fameux événement. WOOT! WOOT! Eric s’étale sur la table : ordinateur, vieux cahier canada, crayons et glow sticks. LOLE! (laughing out loud esti)

Je leur dis qu’ils ne peuvent pas parler de quelque chose qu’ils ne connaissent pas, mais Dom essaie de me rassurer en me susurrant une phrase inintelligible qui semble prouver qu’il connait tout du bal en blanc :

DOM:  « Poop poop poop, gros, David Guetta.! »

Je suis sans mot, mais je laisse la chance aux coureurs. Leur sens de la débrouillardise me fascinera toujours. Eric semble connaître le bal en blanc autant que Dom:

ERIC : « Pour vrai, le bal en blanc, quelle belle place de ramassis de méga douchebags! »

Nous nous mettons à l’aise :

ERIC : « Trois blondes et trois Jameson s’il te plaît. »

DANGER. DANGER. DANGER.

Ces premiers Jameson ont particulièrement bien rentré.

Comme dirait Edgar Fruitier : « Ils ont rentré comme pôpa dans gardienne. »

DOM : « Clope? »

Eric se lève d’un trait.

ERIC : « C’est comme me demander si j’ai le goût d’aller me baigner. »

Moment de silence suivi d’un son de criquet…

ERIC : « Je suis le Michael Phelps de la clope. »

Moment de silence suivi d’un son de criquet… (copier/coller)

Chest bombé, clope au bec, première de l’année pas de manteau… À jeun. Qui dit printemps, dit lunettes de soleil. Dom dévisage un gars qui passe sur la rue.

DOM : « J’ai un blocage psychologique avec les gars qui placent leurs lunettes dans leurs cheveux. Je suis frustré et déçu en même temps. Je suis fruçu ».

Après maintes tergiversions et mots inventés, ils en viennent à la conclusion que, sans l’ombre d’un doute, il devait s’agir de Brandon dans Beverly Hills 42541520 (Pas le temps de googler les bons chiffres)

ERIC : « Ils sont sans vergogne. »  

DOM : « Les gens qui portent des lunettes comme barrette? »

ERIC : « Ouais.»

DOM : « Tu voulais ploguer l’expression « sans vergogne »? »

ERIC : « Ouais, bien placée quand même? »

DOM : « Comme les Oakley dans ses cheveux. »

Clope terminée. On entre.

À peine franchi la porte, Eric intercepte la serveuse.

ERIC: « Six Jameson et trois autres bières, por favor. »

DOM: « Por favor? Tu veux mes lunettes ou un chapeau de cowboy Corona pour te tenir les cheveux? »

ERIC : « Ta yeule. »

La serveuse dépose la commande sur la table. On s’enfile les shooters comme s’il n’y avait pas de lendemain; malheureusement, il y en a un. Deux jolies demoiselles se lèvent, cigarette au bec et se dirigent vers la sortie.

ERIC : « J’ai le goût d’une saucette. »

DOM : « Clope? »

ERIC : « Clope »

À ce rythme-là, on n’est pas sorti d’icitte! J’essaie tant bien que mal de ramener les deux zouaves à la raison. Nous avons un texte à écrire sur un sujet de société important… Fuck, même moi je n’y crois pas.

Les deux filles sont de qualité Loft Story, mais après quelques shooters, Eric a le goût d’être le maître du Loft.

Michael Phelps y va pour l’or.

ERIC : « Keeeekou! Revenez-vous de Punta Cana? »

Bon. Peut-être pour la médaille de bronze.

FILLES : « Non pourquoi? »

Eric compare son tan à celui des filles. Ça semble les faire rire. Je ne comprendrai jamais comment ils font, mais comme je disais plus tôt, leur débrouillardise me fascine.

Obidom Kenobi et Darth Éric dans un combat titanesque face à deux ex-lofteuses (probablement). Les sabres laser prêts à faire pfffziouuuuu (bruit de sabre laser).

ERIC : « Un petit Jameson les filles? »

C’est terminé! Le stade du non-retour est entamé. Les filles se joignent à notre table et…

« Sua brosse » on est du genre à être très influençables et à faire des choses qu’on n’aurait jamais pensées faire…Comme se faire entraîner par deux filles au Bal en Blanc.

(Scènes manquantes et 500$ plus tard…)

Je vous présente les deux pires tout croche du Bal en Blanc et deux filles extraordinaires.

bal

Nous avons essayé d’écrire une chronique… Mais maudit qu’on a eu du fun!

Sorry.

*et on va remplacer les frites par des Jameson svp.

Top 20 d’Eric et Dom (Entendu au Bal en Blanc)

20- Comment ça qu’il n’y a plus de mousse de bain? –Dom (vraiment en tabarnak)

19- « Keeeekou! » –Eric à une fille     « Keeeekou certain!   –Dom à la même fille

18- « Où tu as pogné tes light sticks? –Eric

17- « Tu danses vraiment comme une marde. –Eric à Dom

16- « Tu veux que je sois ton Patrick Swayze? » –Eric en croyant dur comme fer qu’il est un fantôme  (Mais vu qu’il était déguisé en ange, aucune fille n’a compris sa joke.)

15- « Gros, j’t’en amour » –Eric

14- « C’est bon. C’est qui le Dj? » –Dom qui essaie de cruiser

13- « Masse-moi partout.» –Dom à Eric

12- « Tu goûtes le vomi. » –Fille que Dom a frenché.

11- « Sti de douche! » –Le plus douchebag de la place à Eric

10- « Gros, j’t’en amour » –Eric

9- « J’ai la yeule pâteuse. » –Eric

8- « C’est-tu de l’exctasy? » –Dom    « Non, c’est des pilules du lendemain » –Pusher    « Je vais t’en prendre deux. » –Dom beaucoup trop confiant pour sa petite bizoune de party.

7- « Mexico! Quel beau coin de paradis! Mexico! – Dom et Eric sur du David Guetta

6- « Gros, jt’en amour » –Eric

5- « Ma jupe es-tu trop courte genre on voit mon cul? » -Cindy    « Ouais. » –Eric

« Cool. » –Cindy

4- « Je pense que t’es en amour. » -Dom à Eric

3- « Je n’ai plus de pénis. » –Dom     « Criss le mien ressemble à E.T. » –Eric

2- « After chez nous? » –Dom à tout le monde

1- « C’est clair qu’on revient l’année prochaine. » –Dom